Jeanne Poncet...


          Oui c'est bien moi, Jeanne Poncet, qui ai créé Le Dimanche en Forêt ! Depuis toute petite je bricole, je peins, je dessine, je couds... La création a toujours été une vraie passion. Je dois ce côté à ma mère et ma grand-mère maternelle. Enfant, quand mes grands-parents venaient pour les vacances, j'étais impatiente de découvrir ce qu'avait mit ma grand-mère dans sa super mallette qui regorgeait toujours de perles, de différents papiers, de paillettes, de crayons spéciaux, de bobines de fils en tout genre, de tissus... J'étais à chaque fois émerveillée. Maintenant je couds mes propres vêtements, mais pas que... Et c'est aussi pour vous que je veux créer aujourd'hui !

 

          Lorsqu'il a fallu faire un choix pour mes études, un gros dilemme s'est présenté à moi : le domaine des arts ou le domaine des sciences ? Autant attachée à l'un qu'à l'autre, le choix fut difficile, je me suis finalement lancée dans les sciences. Mais non ! Je n'ai absolument pas renoncé à l'artistique, la création... !! Je savais que j'aurais toujours la possibilité de toucher à l'art d'une manière ou d'une autre. Le choix inverse aurait été bien plus compliqué voire impossible. Comment pratiquer les sciences, faire des expériences, sans parler de lire les revues scientifiques, tout ça chez soi ? à quoi serviraient les résultats d'expériences trouvés s'ils ne peuvent pas profiter à d'autres scientifiques ? Voilà pourquoi j'ai choisi les sciences pour mes études. Aujourd'hui, je travaille dans un laboratoire d'analyses en service parasitologie. En parallèle, j'ai créé la marque Le Dimanche en Forêt dont je fais ma passion.

 

        Le Dimanche en Forêt est un projet de plusieurs années que je suis heureuse de vous présenter. Vous pouvez y trouver mes dernières créations. Je travaille surtout sur demande : j'étudie votre projet, on voit ensemble les détails et s'il est réalisable dans un budget défini, je passe à la réalisation. N'hésitez pas à me contacter pour toute question en remplissant le formulaire en bas de page.

... et sa bande

          Je suis très heureuse de vous présenter ma petite bande de spécimens aux diverses horizons. Sans eux il n'y aurait pas tout ces moments agréables de fous rires passés à faire des photos et vidéos en pleine forêt, mais aussi en studio. Je les remercie d'ailleurs pour tout ce qu'ils ont fait et continuent à faire pour moi. Je suis enchantée de les avoir rencontré, et si un jour vous les croisez, n'hésitez pas à faire leur connaissance... c'est sûr, vous n'en sortirez aucunement indemne !! Non seulement ils sont beaux de l'extérieur, mais ils sont également emplit d'une richesse intérieure débordante !!

Pierre-Louis Pommery

          Directeur artistique dans la publicité, Pierre-Louis a choisi de débuter sa carrière à Paris ville des lumières. Mais une envie d'épice lui chatouille les narines comme il dit. Il souhaite continuer sa carrière à l'étranger. C’est un homme talentueux que je vous présente ici. On n’aurait pas été cousins, je crois que je serais tombé amoureuse.

 

          Vous êtes client : votre appel d’offre a été lancé après avoir posé votre problématique avec tous les détails de votre projet. Les différentes agences de pub concernées vont alors chacune créer un concept de communication. Vous ferez votre choix par la suite. Vous souhaitez redynamiser l’image de votre société, de votre marque. Vous voulez mieux cibler votre clientèle afin d’atteindre le plus grand nombre de personnes. Pierre-Louis est là ! Il a toujours l’idée qui va vous démarquer des autres. Et il est inutile de vous dire qu’avec Pierre-Louis dans les parages, les agences concurrentes ont casi aucune chance de remporter le projet. Ou alors vraiment une toute petite. Oui car il est très compétitif, mais attention pas du tout personnel, pour lui c’est avant tout un travail d’équipe. Jamais il ne vous écrasera pour arriver le premier. Alors ça y est, c’est Pierre-Louis et son équipe que vous avez sélectionné pour la réalisation de votre projet ! C’est à nouveau avec un travail sans relâche qu’il va achever ce projet, tout ça en respectant le délais qu’il avait fixé au départ. Le résultat final : votre satisfaction.

 

          Pour être venu le voir à une de ses représentations lors d'un concours, c'est avec une immense fierté que je l'ai vu se faire attribuer les félicitations du Jury à plusieurs reprises.

 

Venez voir son site, je vous laisse découvrir… il faut bien garder un peu de suspens !

http://pierrelouispommery.com/

Liselotte Girard

         N’avez-vous pas remarqué cette jolie jeune fille ? Essayez de lui donner un âge… vous en serez trompé hihi. Liselotte est d’une maturité impressionnante. Bon… même si elle rit pour des gens qui ont glissé sur une peau de banane, ou qui ont loupé la première marche des escaliers.

 

          Etudiante en 4ème année de création publicitaire à Sup de Pub Lyon, c’est à Paris, qu’elle souhaite continuer. Dans cette capitale des amours et de l’art qui l’inspire tant. Comme elle le dit, « se stimuler jusqu’à l’enivrement », pour atteindre son objectif final : travailler dans la pub. Elle est pleine d’ambition pour ne pas dire « ambitieuse », ouhla non, elle n’aime pas ce mot qui pour elle a un côté négatif, un peu écrasant. Mais c’est plutôt une chalengeuse, donnez-lui un défi, elle n’en sera que ravis !! Pour elle, rien n'est impossible.

 

          Dans ses moments de calme, vous la verrez assise sur un banc, dans un parc, ou à la plage, un livre de Jean Teulé ou de Zola à la main. Parfois relevant la tête pour observer les gens, les écouter, devinant leur caractère, leur inventant une vie. Ce que j’aime chez Liselotte, c’est son côté fidèle, à elle-même mais aussi aux autres. Elle est toujours à l’écoute. D’ailleurs n’ayez pas la conscience d’avoir mal agit, elle vous dira gentiment qu’il vaut mieux avoir des remords que des regrets.

 

          C’est en buvant un thé qu’elle m’a raconté son histoire (avec bien sûr des gâteaux à grignoter, oui elle est gourmande cette Liselotte) : « J’ai grandi à Saint-Julien-En-Genevois, à la frontière Suisse. Puis à Annecy en Haute-Savoie. J’ai fait mon lycée à Thônes dans les montagnes. Du coup, j’ai pas mal bougé, toujours dans la même région mais dans pleins d’endroits complètement différents. Je reste tout de même Annécienne, car née à l’hôpital d’Annecy, et oui madame ! Être Haut-Savoyarde, c’est être proche de la nature, avoir envie d’espace, de respirer et accorder de l’importance au respect je trouve. Je suis attaché à cela surtout par rapport à l’horizon montagneux et au lac. Ce sont deux choses qui me manque vraiment à Lyon. Annecy, c’est aussi la mère patrie de mes amis, de mes souvenirs et de ma famille. »

 

          Si un jour vous allez sonner chez elle, c’est peut-être pendant une séance de yoga ou de pilate que vous l'interromprez. Mais elle me l’a déjà dit : « Ce que j’aime par-dessus tout, c’est l’inattendu. Que ce soit de le vivre ou de le faire vivre. Surprendre, être surpris, je trouve ça fabuleux. C’est un petit cadeau qu’on vous offre orné d’un ruban qui vous fait évoluer ».

 

Liselotte, pour toi c'est quoi le dimanche en forêt ?

          « Pour moi le dimanche en forêt c’est le dimanche chez mes grands-parents. Tout commençait par un repas le midi. Le sentiment d’être réuni avec sa famille, de parler de choses superflues avec sa bouche et des plus importantes avec le cœur, d’être autour d’un repas préparé par ma grand-mère qui se levait aux aurores pour allumer le four à bois. L’ambiance est toujours bonne enfant, il y a du vin quelque fois sur la table aux côtés du gibier et autres gourmandises. Puis, le dessert. L’apothéose qui amenait la douce promesse de la fin de repas et de la promenade. Le gâteau engloutit, les assiettes lavées et essuyées, nous sortions la face au vent, qu’il soit du nord ou remontant par le sud, s’engouffrant avec peine dans nos habits de laines. Nous nous avancions vers la forêt, vers les champs, à deux pas de chez mes grands-parents qui nous offraient un terrain de jeu inépuisable. Portés par nos envies de découvertes, nous nous jetions, hurlant, dans l’espace verdoyant. Curieux de tout, nous écoutions, avides, notre oncle nous apprendre le langage de la forêt, nous expliquant à quoi tel cri renvoyait, le nom des plantes... Parfois, nous tombions sur des trésors. Un squelette de souris, une plume de perdrix ou la queue d’un renard, s’enfuyant au loin. Nous ramenions alors tous ces petits cadeaux, ces petites reliques de la nature que nous dévoilions, avec joie, à ceux qui, restés à la maison, nous attendaient autour de la cheminée. Ces mêmes souvenirs que nous gardions avec fierté dans une boite jolie et rouillée que l’on ré-ouvrira de nouveau dans quelques années. »  Liselotte Girard

Elsa Mellado

           Commerciale pour des marques de luxe, Elsa a l'œil aiguisé pour les produits et les matières de qualité. Nous nous sommes rencontrées dans un cours de dessin. C’est en nous montrant nos essais de portraits en tout genre que nous avons commencé à prendre des fous rire. Puis c’est aux Beaux-Arts que nous nous sommes retrouvés pour expérimenter à plus grande échelle. C’est là que l’aventure a commencé. Ce que j'aime chez Elsa c'est son côté naturel et spontanée. A chaque fois partante pour une sortie improvisée. Par contre, lorsqu’il s’agit de son travail, elle reprend tout son sérieux, on sent que ça lui tient à cœur. Et puis je la vois toujours habillée à la perfection, maquillée avec classe, mais attention jamais dans l'excès. C'est une belle femme Elsa.

 

 

Vous êtes client : Après avoir ouvert une grande porte, vous voilà dans son magasin, Elsa n'est pas loin, elle vous a souhaité la bienvenue. Elle vous laisse tranquillement prendre vos marques, regarder, toucher (pas trop hihi), puis doucement s'approche et vous demande ce qui vous ferait plaisir. Elle n’est pas de celles qui nous sautent dessus, et au premier mot on a soudainement l'envie de fuir. On sait très bien que ce mot suivra d'un baratin sans fin pour vous faire absolument acheter le produit même s'il ne vous correspond pas. Non non, je peux vous dire que même sans vous connaître, Elsa vous propose LE bijoux, ou LE sac à main correspondant parfaitement à votre personnalité. Vous ne vous sentez en rien l'obligation d'acheter, mais elle sait tellement vous parler avec subtilité que vous vous décidez. Et bien sûr, vous repartez avec un sac à main à 800€, si ce n'est pas 2 !! Ce qu'il y a d'étonnant c'est que même si vous n'aviez aucunement prévu cet achat, vous ne culpabilisez en rien d'avoir dépensé de l'argent, car vous savez que ce sac à main fera partie de l'héritage de vos enfants. Oui Elsa vous l'a bien dit, ce sac à main a été créé avec des matières de qualité garantissant une tenue impeccable dans le temps. Et vous pourrez relater à vos héritiers l’Histoire de fabrication de ce sac comme Elsa vous l’aura si bien raconté. Oui car c’est avant tout une histoire de passion comme elle le dit.

 

Venez ouvrir la porte de son magasin, Elsa se fera un plaisir de vous rencontrer.

Simon Galvani

          Un danseur professionnel comme vous n’en avez jamais vu !! J’ai eu plusieurs fois l’occasion de le voir sur scène, c’est à chaque fois un autre homme que je découvre, même si sa danse est tout à l’image de sa personnalité. C’est un homme doux, attentionné, débordant de sensualité…

 

          Vous êtes spectateur : La file d'attente est longue, mais heureusement votre billet est déjà dans votre poche. Oui parce qu’il faut s’y prendre à l’avance, ces billets partent comme des petits pains tout chauds dont l'odeur vous met au défi d’attendre de pouvoir en manger un morceau. Le portique de sécurité est derrière vous. Maintenant, vous voilà tranquillement installé dans votre siège. Vous discutez avec vos voisins vos voisines en attendant que la représentation commence. Les lumières s’assombrissent jusqu’à vous plonger dans la pénombre. Le drapé rouge se lève. Le silence. La scène prend place, elle s’illumine. Vous attendez… Vous attendez d’un air interrogatif de ce qu’il va se passer. De la musique commence à se faire entendre. Puis Simon fait son entrée en scène. C’est à ce moment qu’un frisson vous parcourt le corps, tellement sa présence à elle seule envahie tout l’espace. Un espace sans décors, vide de superflus. Il y a maintenant un seul homme, il prend toute la place. Vous découvrez alors un homme dont la grâce le possède tout entier. Et c’est avec regret que vous quittez votre confortable fauteuil rouge.

 

Je vous conseille fortement d'aller le voir sur scène, vous serez impressionné !

Laura Mary Buisson

Manon Dimier

Belén D'ythurbide

Wladimir O'Zoux

-- texte en préparation --

Me contacter par mail

Pour les commandes sur mesure, les demandes de devis... remplissez le formulaire de Demande de réalisation de projet.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.